Intervenir dans un existant

Auteur :
Publié le :
Temps de lecture :
5 min
Retour aux rencontres

N’attendez plus pour poser vos questions

Nous écrire




En cochant cette case, vous acceptez que vos données personnelles soient utilisées pour le traitement de votre demande, conformément à notre Politique de confidentialité.

La pyramide inversée à Créteil : intervenir dans un existant

La société Derichebourg ayant récemment fait l’acquisition de l’ancien siège Pernod Ricard afin d’y installer l’ensemble de ses équipes. Sous la conduite Hibana, l’agence CARRIERE DIDIER GAZEAU a mené une étude visant à adapter l’ensemble du complexe existant aux différents besoins du groupe ainsi qu’à son contexte en mutation.

Ce projet entremêle parfaitement les enjeux et défis qui anime la jeune agence CARRIERE DIDIER GAZEAU : valoriser un patrimoine, optimiser un existant pour tendre vers une modernité responsable, raviver les matérialités, démultiplier et/ou renouveler les usages, assurer une souplesse et une évolutivité dans le temps.

Ce projet emblématique devait aussi se redéfinir à l’échelle de la ville, établir un nouveau dialogue et proposer de nouvelles interfaces avec son environnement.

 Carrière Didier Gazeau, rencontre avec trois personnalités différentes.

L’atelier Carrière Didier Gazeau est né il y a deux ans, du même désir par ses fondateurs de mener un projet architectural du début à la fin, de l’esquisse jusqu’à la livraison du chantier. Interviennent alors de nombreux savoirs et corps de métiers, qu’il faut coordonner, mettre en relation, engager. C’est cette pluridisciplinarité qui séduit les trois associés et qui se retrouve dans leur identité, dans leurs expériences, dans leurs parcours.

Jeunes, indéniablement, mais néanmoins maître d’œuvre sur des projets de bâtiments neufs, de réhabilitations, de façades, et d’ouvrages d’art au sein de diverses agences d’architectes et d’ingénieries ; mais aussi enseignants dans différentes écoles d’architecture ; Carrière Didier Gazeau, possède la double compétence d’architecte et d’ingénieur et se nourri de ses expériences, de cette pluralité qui lui est propre pour mieux s’enrichir professionnellement.

Matérialité

Tout commence par la matière. Cette matière qui existe, qui est extraite, qui est transformée et mise en œuvre, par l’humain et pour l’humain. C’est la base de toute construction. Il faut non seulement la transformer mais surtout la sublimer. Car les architectures qui touchent l’agence, ce sont celles qui soulignent cette matérialité et qui la mettent en valeur.

Il s’agit à la fois du plaisir purement sensoriel de la matière mais aussi de sa rationalité, de son processus de transformation. En effet, l’architecture a un impact écologique et un coût énergétique global important. Le choix de tel ou tel matériau est d’autant plus important qu’il a impact direct sur son environnement proche comme lointain.

L’architecte se doit d’être responsable. De connaître sa matière pour mieux l’appréhender et l’optimiser.

Faire-avec

Faire-avec, c’est prendre en compte les évidentes contraintes (techniques, économiques, politiques, etc.) et trouver les réponses architecturales à un contexte précis. Ces contraintes ne sont pas nécessairement des brides d’expression ; elles peuvent également dessiner un cadre avec lequel jouer, devenant lui aussi partie intégrante d’un projet. Cette démarche autant intellectuelle que pratique permet d’enrichir un projet par la rencontre et la synergie de différents acteurs.

Si Clément Carrière, Nicolas Didier et Alma Gazeau ont créé leur propre agence, c’est avant tout pour se prévaloir d’une plus grande liberté. Une liberté dans le choix des projets mais surtout dans leurs réalisations, allant de la conception jusqu’à la finalisation du chantier. La double compétence ingénieur / architecte prend ici toute son importance car rien ne prévaut donc sur rien : ni la technique, ni la matière, ni l’espace, ni le site, ni l’usage.

C’est donc un tout qui est envisagé, appréhendé, conceptualisé. De là nait un processus de création du bâtiment, qui devient un processus humain, sociétal. Tant au niveau des acteurs qui entrent en jeu pour que naisse la construction qu’au niveau des usagers qui vont l’habiter, la faire vivre. L’architecture produit ainsi un lieu de vie et devient alors bien commun, puisque qu’elle se mêle de la vie des gens.

Et lorsqu’un architecte met sa sensibilité au service du bien commun, cela s’appelle un engagement.

Un nouvel espace de travail imaginé dans la pyramide inversée de Créteil

Retrouvez une présentation détaillée et l’ensemble des réalisations de l’atelier d’architecture CDG sur leur site…

https://www.ateliercdg.com/